Archives de mot-clé : histoire

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Index des noms cités dans la biographie du marquis de Bésignan

No comments yet

Catégories: Conclusion, Le Marquis de Besignan, Tags: , , ,

 

 INDEX DES NOMS CITES

Accarie Joseph                           13.12.1790

Albert d’ Henri                           15.04.1789

Albignac d’                                 23.08.1792

Allemand Jean Baptiste            19.08.1792

Allemand Jean                           31.01.1790

Armand Louis Joachim               13.02.1791

Arnaud Antoine                          01.04.1789

Arnaud Catherine                       01.04.1789

Arnaud Claude                           20.06.1791

Arnaud Jacques                         20.06.1791

Arnavon Jean Joseph                23.10.1802

Aubert Joseph                           04.06.1794

Aubert Marie Anne                    09.02.1790

Aubert Pierre                            09.02.1790

Audiffrey d’ Joseph                   20.08.1792

Autrand Claude                         31.01.1790

Autrand François                      03.07.1791

Axar Antoine                            01.04.1789

Ayral Guillaume Marie              22.08.1792

Ballot Jean                                04.06.1795

Ballot Marguerite                     04.06.1795

Barbier de Villecroze                31.01.1790

Barillon                                      01.12.1788

Barjavel Jean Baptiste Louis    01.04.1789

Barjavel Jean Jacques              29.06.1789

Barjavel Joseph                        31.01.1790

Barjavel Pierre                         06.03.1792

Barnave                                    21.07.1788

Barnier Jean Jacques               30.09.1791

Barnouin Jean Pierre               09.02.1790

Barthelémy Martin                   20.06.1791

Béranger                                  18.07.1789

Bernard dit Lacroix                  27.06.1792

Bernard Augustin                    20.06.1791

Bernard Claude                       02.08.1789

Bernard Etienne                      30.05.1792

Bernard Jeanne Marie            20.06.1791

Bernard Michel                       30.05.1792

Bernard Pierre                        30.05.1792

Berthier André Gabriel Thérèse 07.09.1829

Bertrand de Montfort Antoine Louis 09.09.1788

Bertrand Pierre                     23.07.1790

Blanc Antoine                        16.10.1791

Blanchard Jean                     20.06.1791

Blanchard Jean                     20.06.1791

Blanchard Pierre Martin 27.06.1794

Boisset Barthélemy 18.09.1793

Bonaparte Napoléon 25.04.1789

Bonastré 23.08.1792

Bonfils dit Labaume 01.09.1792

Bonfils 30.08.1792

Bonneau Etienne 19.08.1792

Bonnefoi Joseph Dominique 04.05.1795

Bonnet Jean Pierre 23.09.1793

Bonnet Joseph 01.01.1790

Bonnet Louise 29.06.1789

Bonniface Jean 23.10.1802

Brachet 01.04.1789

Brachet Pierre 30.08.1791

Branche Jean Baptiste 23.10.1802

Brès François 30.09.1801

Brochery Jean Pierre 06.08.1792

Brunswick de 20.09.1792

Brusset 20.06.1791

Cabared 01.01.1790

Cartier Marc Antoine 11.05.1793

Caton Nicolas Joseph Gérard 22.08.1792

Chabrol François 20.06.1791

Chalier Joseph 29.05.1793

Chambron Joseph Laurent 29.08.1792

Chamoux Jean Pierre 20.06.1791

Championnet Jean Etienne 25.04.1789

Charasse 15.10.1792

Charasse Jean Baptiste 22.07.1792

Charponnel Jean François 31.01.1790

Charras Joseph 23.09.1793

Charreiron Joseph 02.08.1795

Chevandier de Valdrôme 03.12.1791

Clément 01.10.1792

Clément François 06.03.1792

Clément Joseph 15.10.1792

Clerc Jean Joseph 01.01.1790

Coquet de Henriette 12.11.1789

Coriolis de Joseph Dominique Achille 01.04.1789

Coulet Jean Augustin 31.01.1790

Courcy Antoine Amable 01.12.1791

Courtaut 20.08.1792

Craponne Duvillard 01.12.1788

Denove 16.12.1789

Desjacques Jean Claude 18.07.1789

Deydier 29.08.1792

Deydier Antoine 01.03.1789

Duby 12.11.1789

Dumaine dit Montauban Jean Pierre 18.08.1797

Dumouriez 06.11.1792

Durport 30.12.1793

Espoullier 18.03.1794

Estralat 16.12.1789

Estrata 28.08.1792

Eymenard Antoine 01.05.1789

Eymenard Joseph 01.05.1789

Fanjon 03.04.1794

Faraud Auguste 20.06.1791

Favier Anselme 26.04.1794

Favier Hélène 20.06.1791

Favier Jean 20.06.1791

Favier Marie 20.06.1791

Fayon 30.08.1792

Fer 10.06.1792

Ferrier 20.08.1792

Flour St Genis Charlotte 20.07.1825

Flour St Genis Marianne Louise 20.07.1825

Flour St Genis Pauline Emilie 20.07.1825

Franier Marguerite 01.01.1790

Furguier 20.08.1792

Galland Marguerite 28.08.1792

Galloët de 03.01.1790

Garcin Alexis 29.08.1792

Garcin Jules Eléazard 24.06.1791

Gaspard 20.06.1791

Gayte Joseph 22.05.1792

Geli Barthélémy 29.09.1792

Gérente de Olivier 10.08.1792

Giraud Antoine 31.01.1790

Giraud Dominique François Jean 01.09.1792

Girousse 01.12.1788

Givaudan Joseph Marie 13.12.1790

Gleize Louis 30.09.1791

Gleyze Dominique 20.08.1792

Goubert 09.09.1788

Grandval de 24.08.1793

Grangier 26.08.1792

Gresse 29.09.1792

Guillotin 20.06.1791

Guintrandy 19.08.1792

Jacomin 17.11.1792

Jacomin 27.06.1794

Jaquet Pierre 12.11.1789

Jaquet Suzanne Marguerite 12.11.1789

Jourdan Isidore 22.05.1792

Jullian 01.12.1791

Kellermann 20.09.1792

La Roche Negly de Gabriel François 24.08.1793

Laget Pierre 20.06.1791

Lannin 16.12.1789

Lasserre 22.08.1792

Laurens Jean 14.10.1790

Laurent Jacques 20.06.1791

Lépine Jean Baptiste Guillaume 20.07.1825

Lescuyer 17.10.1791

Leydier 01.12.1788

Leydier Catherine 12.11.1789

Lieutaud Joseph 01.10.1792

Limousin Joseph 17.06.1791

Liotard Benoît 23.09.1793

Liotaud Joseph père 31.01.1790

Liotaud Joseph 31.01.1790

Liotaud Thomas 31.01.1790

Long Laurent 31.01.1790

Loquin de Alexandre Louis Benoit 12.02.1791

Loubier François 31.01.1790

Loubier Jean François 31.01.1790

Lunel Henry 13.02.1791

Manchard Jean 20.06.1791

Marbos 10.08.1792

Marron de Meillonas 24.08.1793

Mauric Louis 20.06.1791

Mauric Magdeleine 09.02.1790

Meffre 01.07.1792

Melon de 24.08.1793

Messey de 18.01.1791

Mielle Jean Etienne 30.05.1792

Mionnais 20.08.1792

Mondan François 06.01.1789

Monier le Carré 04.07.1792

Monier Jean 01.07.1792

Monnier Jean Pierre 08.05.1795

Montesquiou 14.10.1792

Montferrat de 26.03.1789

Moréac Elzéar 06.01.1789

Morin Etienne 01.03.1789

Morin Louis 20.06.1791

Motte Jean Pierre 14.02.1790

Mounier Jean Joseph 21.07.1788

Nicolas Gaspard 04.10.1792

Pascal dit Brayanne 30.08.1792

Pascal 20.08.1792

Payan 20.06.1791

Payan Joseph 14.12.1791

Perrin de Précy Louis François 24.08.1793

Poncet 23.08.1792

Quintin 14.12.1791

Ravoux 29.06.1789

Reboul Georges 01.03.1789

Reboul Joseph Etienne 04.06.1794

Rémusat Michel 02.08.1789

Reynaud 22.08.1792

Reynaud Jean Pierre 01.01.1790

Ricard Joseph 20.08.1792

Richaud 23.07.1790

Rippert André 12.09.1792

Roland Jean Claude 01.07.1792

Rolland Joseph 20.06.1791

Rolland Pierre 20.06.1791

Rollin Jean 20.06.1791

Romieu Dessorgues 09.09.1788

Romieu Antoine Alexandre 22.08.1792

Romieu François Mathieu Auguste 01.05.1794

Rousset Pierre 16.12.1789

Roux Antoine 20.06.1791

Roux Jean Claude 31.01.1790

Roux Joseph 11.08.1792

Roux Sébastian 31.01.1790

Saillans de 04.07.1792

Sautayra 27.06.1794

Sauvayre 28.08.1792

Séguret Louis 15.05.1795

Sibend Pierre 16.12.1789

Souchon de Chanron Claude 09.07.1793

Souvite André 29.08.1792

Sulpice 20.08.1792

Teste Jean André 31.01.1790

Teste Jean Joseph 09.02.1790

Teste Jean Louis 09.02.1790

Teste Jean Pierre 19.08.1792

Teste Jean 09.02.1790

Teste Rose 09.02.1790

Thibaud Thérèse 20.06.1791

Thune Jean Jacques 01.05.1794

Tibaud Catherine 01.05.1789

Tourniaire Madeleine 10.09.1792

Vautour Esprit 16.12.1789

Viarca Pierre 05.09.1790

Vigne Pierre 27.06.1794

Vilhet d’Aguillan Louis 30.09.1791

Villardy de Quinson Thérèse Delphine 27.06.1794

Villelongue Henri Joseph 12.11.1789

Villelongue Joseph 12.11.1789

Villelongue Joseph 15.01.1790

Virieu de François Henry 24.08.1793

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Remerciements

No comments yet

Catégories: Conclusion, Le Marquis de Besignan, Tags: , , ,

Pour réaliser un tel fond documentaire, il a fallu beaucoup de patience et de nombreuses aides.

Nous tenons à remercier :

Monsieur Jean Besson, sénateur de la Drôme, conseiller général, avec qui nous partageons la passion du Val Bodon.

Monsieur Marc Bonnard, président du Syndicat d’Aménagement des Baronnies et maire du Poët Sigillat, pour ses conseils et son amitié.

La Direction des Archives Départementales de la Drôme et, en particulier, Madame Nadine Froidevaux pour sa compétence, sa gentillesse et sa patience.

Le Conseil Général de la Drôme.

La médiathèque de Nyons qui nous a vu passer maintes fois.

La Société d’Histoire de Nyons et en particulier Madame Pierrette Bœuf, sa présidente.

Monsieur Claude Bernard, maire de Bésignan, ainsi que tous les autres maires de la vallée de l’Ennuyée, pour leur accueil.

Mesdames les secrétaires de mairie qui nous ont facilité les recherches.

et, surtout

Pierre Barachant, écrivain.

Il vit à Villeperdrix, Drôme, depuis 1985. Marié et père de deux enfants, il a publié quatre romans :

– Le Voyage Incertain.

– Débine, préface de J.B.Pouy.

– Meurtre au Palais. ( Polar se déroulant autour du Palais Idéal du facteur Cheval)

– Quand les poulpes auront des dents. (Collection Le Poulpe, Baleine-Seuil, polar se déroulant dans la région de Nyons.)

Un ouvrage collectif : Qui veut noyer son chien…(Ouvrage pour la défense et la révision du procès de Antoine Soriano Mor, emprisonné au centre de détention de Melun.)

Il a aussi publié des nouvelles dans de nombreuses revues littéraires, tant en France qu’à l’étranger.

Il est par ailleurs comédien et auteur dramatique. Une de ses pièces «Adorables» verra bientôt le jour.

Il est co-auteur, avec Serge Billard, d’un scénario (26 minutes), tiré des présents documents, présenté au concours de la Société des Films Vendôme.

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Bibliographie sur le marquis de Besignan

No comments yet

Catégories: Bibliographie, Le Marquis de Besignan, Tags: , , ,

 

Archives Départementales de l’Ardèche

L 320 : Rassemblements royalistes et troubles de l’an IV.

L 321 : Arrestations, détentions, mises en liberté des suspects politiques.

Archives Départementales de la Drôme

L 773 : Affaire du château de Bésignan (1790-1792)

L1698, 1700 : Tribunal de district de Buis et Nyons ; procédures criminelles : dévastation des domaines du seigneur de Bésignan (1791), registre pour le jury d’accusation.

L2062 : Justice de Paix du Buis. Procédures diverses : « à côté de l’affaire Bésignan » (1792)

Q295, 296 : Dossiers individuels des émigrés : Duclaux-Bésignan

Q350 : Mobilier des émigrés : Duclaux-Bésignan

Q380 : Indemnités des émigrés : Duclaux-Bésignan.

Archives municipales de Saint Jalle

GG 10, GG 9, GG 8, GG 7

Registres des délibérations municipales 1790-1815

Association Drômoise pour la célébration du bicentenaire de la Révolution Française

Les Drômois, acteurs de la révolution. Actes du colloque de Valence, 12 au 14 octobre 1989

Barillon François

Sainte Jalle. Une autre histoire de la Provence. Images et traditions, La Mirandole, Pascale Dondey Editeur1998

Bernard Claude

Histoire du Buis-les-Baronnies. Le Buis-les-Baronnies, 1980

Blanc André, Peronnet Michel

La révolution dans la Drôme. Editions Horvath 1989

Brun-Durand J

Dictionnaire topographique et biblio-iconographique de la Drôme. Grenoble, 1900,Tome 1

Bulletins des associations

Les amis du Buis et des Baronnies

Les amis de M. Aimé Buix

Caudrillier

La trahison de Pichegru. Paris 1908

Chobert Jean, Verdun Jean Paul

Le passé, la mémoire, les ressources de Condorcet. Imprimé par les auteurs, 1993

Médiathèque de Nyons

Cholvy Gérard

Histoire du Vivarais.Editions Privat, 1988 pp 178-180

Commission météorologique départementale de la Drôme

Recueil d’observations météorologiques de l’an 359 à l’an 1900.

Daudet Ernest

La conspiration de Pichegru et les royalistes du Midi.Paris 1902

Histoire de l’émigration pendant la Révolution française. Tome II. Du 18 fructidor au 18 brumaire.

Hachette 1905, 454 p

Num. BNF de l’éd. De Paris Cote 8-La34-64(2)

Daumas Jean Claude et Laudet Robert

1789 – 1799: La Révolution dans la région de La Motte Chalancon. Cahiers de l’Oule 1989

Delacroix M.

Statistiques du département de la Drôme. Valence, Borel, 1835

Réimpression par Editions de la Tour Gile, Peronnas, 1993.

Démésy-Maurent Jeannine

Sur les pas d’un médecin de campagne. Jacques Long, Maître chirurgien dans le Nyonsais au 18ième siècle. Plein-Cintre Editions, 1989

«Une source à découvrir; Les archives hospitalières de Nyons». Histoire et Archives Drômoises, bulletin n°9

Ferrand F.

La propriété foncière dans le Val de Sainte Jalle. Les Amis de Buis, 1977, n°27

Garcin Michel

La patrie en danger, Histoire des bataillons de volontaires (1791-1794) et des généraux drômois. Nigel Gauvin Editeur 1991

Guiminel Elie

Villeperdrix (Drôme). Eléments historiques. Imprimé par l’auteur. 1966

Jolivet Charles

Les chouans du Vivarais. Les brigands du roi en Ardèche sous la Révolution. Le Regard du Monde, Taulignan 1987

Lacroix André

Histoire de l’arrondissement de Nyons. Chantemerle Editeur, 31, avenue Frédéric Mistral Nyons 1973

Prévost M. et Romant d’Amat

Dictionnaire de biographie française. Tome VI, Paris 1954, page 310.

Raoult Jean

«A la veille de la Révolution, le seigneur de Ste Jalle écrit à son fermier». Histoire et Archives Drômoises bulletin n°9

Ratz Daniel

Les tremblements de terre en Drôme-Ardèche. Editions E & R 1998

de Rivoire de La Batie G.

Armorial du Dauphiné 1867

Rochas Adolphe

Biographie du Dauphiné. Paris, Charevay Ed. 1856

Roger Pierre

240.000 drômois aux quatre vents de la révolution. Editions Notre Temps, 1989

La fin de l’ancien régime, les débuts de la révolution. Editions Notre Temps, 1986

Roux Xavier

La révolution en Dauphiné. Grenoble Baratier Ed. 1888

Salch Charles Laurent

Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France. Edition Publitotal, Strasbourg, 1979

Thomas Geneviève

Raconte-moi Saint-Sauveur, la mémoire orale d’un village, 1993. Editions G et J Thomas. Saint Sauveur Gouvernet.

Toesca Jacques

Le canton de Nyons de 1789 à 1959. Société d’Etudes Nyonsaises, 1985

Varlet Pierre

Les délibérations de la commune du Buis, sous la révolution d’après ses archives. Editions Arcades 91, place du Marché, Le Buis 1992.

Wickham

Correspondances. 2 volumes, Londres 1870. Archives de Chantilly

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Rions un peu…

No comments yet

Catégories: Généalogie, Tags: , , , , , , , , ,

 

L‘arbre généalogique !

 

Le directeur de l’hôpital psychiatrique rend visite à un nouvel arrivant.

– Alors cher monsieur, pourquoi êtes-vous parmi nous ? Quelle est la raison de votre séjour ?

Et le gars lui répond :

– Eh bien, tout a commencé quand je me suis marié… Ça a été ma grande erreur ! J’ai épousé une veuve qui avait une fille de 25 ans qui est devenue ma belle-fille.

Un beau jour que mon père venait nous rendre visite, voilà-t-y pas qu’il tombe amoureux de ma belle-fille. Peu de temps après, ma belle-fille et mon père se marient. Du coup, ma belle-fille devient ma belle-mère.

Quelques temps plus tard, ma femme me fait un fils qui devient illico le beau-frère de mon père puisqu’il est le demi-frère de ma belle-fille, qui elle-même est la femme de mon père (et donc ma belle- mère). Maintenant, mon tout jeune fils est aussi devenu le demi-frère de ma belle-mère, et il est donc un peu mon oncle…

Ma femme est aussi ma belle-grand-mère puisqu’elle est la mère de ma belle-mère…. Et n’oubliez pas que ma belle-mère est aussi ma belle-fille…

Et si on cherche encore plus loin, on voit que je suis l’époux de ma belle-grand-mère, et donc que je suis non seulement le petit-fils de ma femme, son mari, mais aussi mon propre grand-père…

Vous comprenez pourquoi je suis ici maintenant ? 

Auteur inconnu

  

DEMANDE DE DÉMOBILISATION
 
  
  
 

J’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance le réexamen de mon dossier de demande de libération militaire anticipée car la situation antérieure en ce qui me concerne et celle de ma famille a beaucoup évolué.

En effet, je suis maintenant marié avec une veuve, laquelle a une fille.

Mon père a épousé cette fille, ce qui fait qu’à ce jour, mon père est devenu mon gendre puisqu’il a épousé la fille de ma femme et ainsi ma belle fille est devenue ma belle mère.

De plus, avec ma femme nous avons eu un fils. Cet enfant est donc le fils de la mère de la femme de mon père, donc le beau frère de mon père mais en conséquence mon oncle puisqu’il est le frère de ma belle mère, mon fils est devenu mon oncle.

Quant à la femme de mon père (ma belle fille et belle mère), elle vient d’avoir un garçon qui est mon petit fils puisqu’il est le fils de la fille de ma femme. Ma fille (issue de ma femme veuve) se trouve être ma mère puisqu’elle est la femme de mon père.

Par conséquent je suis le frère de mon petit fils. Et comme le mari de la mère d’une personne est le père de celle ci, il arrive donc que je suis le père de ma mère et le frère de son fils : je suis donc mon propre grand-père.

J’ai donc l’honneur de vous demander Monsieur le Préfet, d’examiner ma situation de famille et d’entamer les démarches auprès des autorités militaires en vue de ma libération étant donné que le règlement militaire interdit que le père, le fils et le petit fils soient mobilisés ensemble.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de mes sentiments respectueux.

(Lettre publiée par ” L’Armoricaine ” en mars 1984)

 

Trouvé avec beaucoup de chance sur le blog de Zac
« 
Mardi 27 avril 2010 2 27 /04 /Avr /2010 00:41

Je viens d’en apprendre une bien belle en lisant un passage de l’évangile selon Saint Luc (Lc 3 23-38), c’est qu’il y a l’énumération de tous les ancêtres de Jésus via Joseph. C’est pas beau ça ?

Bon, afin de contribuer à exégèse de ce grand texte. Je l’ai complété en y mettant les noms de familles. Ce sera ma petite contribution à cette grande oeuvre de l’humanité. 

Jésus fils de Joseph Inétrosympa

fils d’Héli Cohidale fils de Matthat Paslesfruitcommça fils de Lévi Tation fils de Melchi Noisdansl’placard fils de Jannaï Pothékésamaison fils de Joseph Paluidéclarémonamour fils de Mattathias Decarreau fils d’Amos Amoëlle fils de Naoum Ikambel fils d’Esli Veroulétévasavouar fils de Naggaï Gouane fils de Maath Entroiscoup fils de Mattathias Detrêfle fils de Séméin Nouicekonpeulirici fils de Josech Ographie fils de Joda Ssin fils de Joanan Nanas fils de Résa Bonnéhaujournal fils de Zorababel Dekadix fils de Salathiel estbellmacopine

fils de Néri Kunefoispendanlefilm fils de Melchi Poter fils d’Addi Tionnezmoitoutça fils de Kosam Mourdeuswann fils d’Elmadam Nélepionsoumonnez fils de Jésus Plusoùjémiléclefs fils d’Éliézer GuttmeinFührer fils de Jorim Avecpabo fils de Matthat Tillon fils de Lévi Tesspassmalquantilpleu fils de Syméon Tombàleauquestcequireste fils de Juda Bricot fils de Joseph Innbaker fils de Jonam Ènepassoncartablehenclass fils d’Éliakim Collaubaskcommeça fils de Léléa Ricovercébon fils de Menna Nanèreuuuu fils de Mattatha Etmontontonsontenvacances fils de Nathan Tation fils de David Lapoubelletoudsuit

fils de Jessé Maleçonparcoeur fils de Jobed Andbreakfast fils de Booz Oleclown fils de Sala Malekum fils de Naasson Lescloches fils d’Aminadab Ordagehépadkartier fils d’Admin Istration fils d’Arni Discale fils de Hesron Etrondpetitpatapon fils de Pharès Prèpourtembêté fils de Juda Vidcrokett fils d’Isaac Newton fils d’Abraham Stramgrampiképiketcolégrambourébourératatam 

fils de Thara Taritatsoin fils de Nachor Rizzo fils de Sérouch Kilestmonportable fils de Ragau Témillaut fils de Phalec Toplasme fils d’Éber Luédeliruntrucpareil fils de Sala Mihenrogne fils de Kaïnam Masspamouss fils d’Arphaxad Mirable fils de Sem Bientôtfinicettegénéalogie fils de Noé Didonkmontedanlebateaucarleaumonte fils de Lamech Aniqueadératé fils de Mathousala Troleaudespâtes fils de Hénoch Tambulle fils de Iaret Lemoteuronhéarrivé fils de Maleléel Estpasbellelavie fils de Laïnam Ibicestrochaupourmoi fils d’Énos Fératu fils de Seth Ettroisfontdix 

fils d’Adam Dedvankékassé 

fils de Dieu Estulà 

Bon, la suite est plus compliquée, personne y sait qui est le papa de dieu et c’est bien dommage. »

Des origines de la Généalogie

 

Un jour, une petite fille demande à sa mère :  

– Dis maman, comment ils sont nés les tout-premiers parents?

– Eh bien, lui répond sa maman, c’est Dieu qui a créé les premiers parents humains Adam et Eve.. Adam et Eve ont eu des enfants, qui plus tard sont devenus parents à leur tour et ainsi de suite. C’est ainsi que s’est formée la famille humaine.

Deux jours plus tard, la fillette pose la même question à son père.

Celui-ci lui répond:

 – Tu vois, il y a des millions d’années, les singes ont évolué lentement jusqu’à devenir les êtres humains que nous sommes aujourd’hui.

La petite fille toute perplexe retourne aussitôt voir sa mère:

– Maman! Comment c’est possible que tu me dises que les premiers parents ont été créés par Dieu et que papa me dise que c’était des singes qui ont évolué?

– C’est très simple ma chérie: moi je t’ai parlé de ma famille et ton père te parlait de la sienne !!!!!

 

 

Actes relevés au hasard des registres

😉  

Marin fils illégitime de plusieurs pères puisque tout le monde y étoit bienvenu et de Marie Sence la mère lequel est né de ces impurs
embrassements….
° 7 septembre 1671 à Ollé, Eure-et-Loire

😉

(Epitaphe empruntée à la tombe de DIOPHANTE)Passant, sous ce tombeau repose “ Basile ”

 

Ces quelques vers tracés par une main habile.

Vont te faire connaître à quel âge il est mort

Des jours assez nombreux que lui compta le sort,

Le sixième marqua le temps de son enfance ;

Le douzième fut pris par son adolescence ;

Des sept parts de sa vie, une encore s’écoula

cinq après un fils qui, au destin sévère

reçut, hélas ! deux fois moins que son Père

De quatre ans dans les pleurs, celui-ci survécut.

(84 ans)

 

😉

 

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Par Ernest Daudet (1837-1921)

No comments yet

Catégories: Le Marquis de Besignan, Revue de Presse, Tags: , , ,

Biographie relevée sur

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Daudet

Ernest Daudet, né à Nîmes le 31 mai 1837 et mort aux Petites-Dalles le 21 août 1921 (à 84 ans), est un écrivain et journaliste français.

Frère aîné d’Alphonse Daudet, il se consacre tout d’abord au commerce selon le souhait de sa famille. Voulant devenir écrivain, il finit par aller à Paris et commence à contribuer à divers journaux parisiens et de province. Parallèlement, il entre comme secrétaire-rédacteur au Sénat. Il publie une trentaine de romans et collabore à de nombreux journaux, souvent sous pseudonyme.

 

Les plus longs châpitres concernant le marquis de Besignan sont pris dans « Histoire de l’émigration pendant la Révolution française, d’après les précédentes publications de l’auteur et de nouveaux documents inédits ». Auteur : Daudet, Ernest (1837-1921)Éditeur : Hachette (Paris). Date d’édition : 1906

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5754770c

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 8-LA34-64 (A)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30302806n

Extraits :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5754770c/f22.image.r=besignan.langFR

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Par le Bulletin historique et archéologique de Vaucluse

No comments yet

Catégories: Le Marquis de Besignan, Revue de Presse, Tags: , , ,

Communication de Mr A. de Lamothe en janvier 1882 Tome 4 du Bulletin historique et archéologique de Vaucluse pages 11 à 22

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5787405h/f15.image.r=besignan.langFR

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Par Albert Mathiez (1874-1932)

No comments yet

Catégories: Le Marquis de Besignan, Revue de Presse, Tags: , , ,

Biographie extraite de

http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Mathiez

Albert_Mathiez
Albert Mathiez

Albert-Xavier-Émile Mathiez, né le 10 janvier 1874 au lieu-dit de La Fouillie-des-Oreilles, sur la commune de La Bruyère (Haute-Saône), et mort le 26 février 1932 à Paris, est un historien français, spécialiste de la Révolution française.

Issu d’une famille de petits paysans propriétaires franc-comtois installés depuis plusieurs générations dans la région de Luxeuil, Albert Mathiez est le fils aîné de Constant-Aristide-Eugène Mathiez (1849-1909), un paysan franc-comtois devenu aubergiste en 1881, et de Delphine-Adélaïde Thiébaud, fille de cultivateur de deux ans sa cadette, mariés le 19 mars 1873. Né 10 janvier 1874 à 17 heures, il est baptisé « Albert-Xavier-Émile ». Trois ans après la naissance d’un second enfant, une fille, en 1885, le couple divorce, et Delphine Thiébaud émigre aux États-Unis avec sa cadette. De son côté, Constant Mathiez s’installe dans le petit village de Saint-Germain, au nord de Lure, où il ouvre un cabaret et se remarie, avant de mourir à l’âge de 59 ans.

Au collège de Lure, Albert Mathiez remporte un grand nombre de prix durant trois ans (1887-1890), particulièrement en langues, en science et en histoire, avant de rejoindre le lycée de Vesoul à l’automne 1890. Remarqué par l’inspecteur général, il est envoyé à Paris l’année suivante et entre en 1891 au lycée Lakanal, à Sceaux, où il se lie d’amitié avec Albert Lévy, fils d’un rabbin alsacien, Louis-Victor Bourrilly et Charles Péguy. Là, il se prépare au concours d’entrée à l’École normale supérieure, dont il suit les cours après son service militaire de 1894 à 1897. Albert se distingue par ses opinions « avancées » et se proclame socialiste. Son caractère devient de plus en plus violent suite à un accident survenu en 1896 où il perd l’œil gauche. Il obtient l’agrégation d’histoire et géographie en 1897.

Professeur aux lycées de Montauban puis de Châteauroux, il se spécialise dans l’histoire révolutionnaire, rédigeant un mémoire sur les journées des 5 et 6 octobre 1789, et prépare une thèse d’histoire sous la direction d’Alphonse Aulard, qui le dirige vers l’histoire religieuse, domaine encore alors à défricher. Prolongeant l’étude pionnière d’Aulard sur le Culte de la Raison et de l’Être suprême (1892), il soutient en 1903 une thèse principale sur La Théophilantropie et le culte décadaire à la Faculté des lettres de l’Université de Paris. Puis, en 1904, il présente sa thèse secondaire portant sur Les Origines des cultes révolutionnaires (1789-1792), qui fait grand bruit, traitant à la suite d’Émile Durkheim le phénomène religieux comme un fait social et envisageant les manifestations de la foi révolutionnaire comme un ensemble cohérent perceptible dès les débuts de la Révolution.

Mais, en 1907, Mathiez se dirige vers Robespierre et fonde avec Charles Vellay (1876-1953), docteur ès lettres et éditeur des œuvres de Saint-Just, la Société des études robespierristes, dont il devient le président et qui regroupe des historiens et des hommes politiques. Cette société publie sous sa direction une revue, d’abord baptisée Les Annales révolutionnaires (1908-1923), avant de prendre le nom d’Annales historiques de la Révolution française; celle-ci entre en concurrence avec La Révolution française, que dirige Aulard. La brouille s’installe dès lors entre les deux hommes, le premier prenant la défense de Danton, tandis que le second se fait le champion de Robespierre.

Après quelques années passées dans des lycées de province, Mathiez est professeur au lycée Voltaire, à Paris, quand le Ministère l’envoie comme chargé de cours à la faculté des lettres de Nancy en février 1908 puis à celle de Lille (octobre 1908-avril 1909), pour suppléer Philippe Sagnac. Devenu professeur à la faculté des lettres de Besançon en 1911, il est titulaire de la chaire d’Histoire moderne et contemporaine à Dijon de 1919 à 1926. En octobre 1926, il devient suppléant de Philippe Sagnac à la chaire d’histoire de la Révolution française de la Sorbonne.

Socialiste jusqu’en 1920, il s’enthousiasme pour la révolution d’Octobre et entre au Parti communiste français après le congrès de Tours en 1920. Mais lorsque Souvarine est exclu en 1922, il en démissionne aussitôt. Il participe en décembre à la fondation de l’Union fédérative des travailleurs socialistes révolutionnaires, avant de s’associer, en 1923, à l’Union socialiste communiste, nouvelle formation politique constituée à Dijon. Puis il se rapproche de la SFIO et soutient le Cartel des gauches lors des élections législatives de 1924. En 1926-1927, il publie plusieurs articles dans la Nouvelle revue socialiste de Jean Longuet. De même, par réaction à la politique nationaliste du gouvernement Raymond Poincaré, il adhère au pacifisme dans les années 1920. En 1926, il signe un Appel aux consciences qui dénonce les clauses du traité de Versailles sur la responsabilité du déclenchement de la guerre et demande leur abrogation. Cinq ans plus tard, il adhère à la Ligue des combattants pour la paix, qu’il quitte cependant dès septembre 1931, au retour d’une tournée en Allemagne, jugeant que l’esprit de revanche qui règne dans ce pays hypothèque les chances de réconciliation.

En 1922, il se décide à présenter en une large synthèse ses vues d’ensemble sur la Révolution : ce sont les trois volumes de La Révolution française publiés dans la collection Armand Colin et régulièrement réédités (Club Français du Livre en 1967, 10/18 en 1975 ou Denoël en 1985). Il s’intéresse de plus en plus à l’histoire économique et sociale de la Révolution. et publie en 1927 La Vie chère et le mouvement économique sous la Terreur qui marque une grande étape pour les recherches d’histoires révolutionnaires. Enfin en 1929, il publie, aux éditions Armand Collin (cette fois avec un appareil critique — notes et index — que la collection de 1922 ne permettait pas) La réaction thermidorienne qui retrace l’histoire des quinze derniers mois de la Convention nationale (rééditée en 2010 par La Fabrique).

Le 26 février 1932, il meurt en chaire en présence de ses étudiants, à l’amphithéâtre Michelet de la Sorbonne, d’une hémorragie cérébrale.

Tirés à part de  » La Révolution française : revue historique… » Auteur : Société de l’histoire de la Révolution française (Paris) Éditeur : Charavay frères (Paris) Éditeur : Rieder (Paris)Éditeur : Recueil Sirey (Paris) : Date d’édition : 1881-1939

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32856100s

Tome 45 des années 1903/07 (T45)-1903/12 : page  237

 

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française par G. Lenotre (1855-1935)

No comments yet

Catégories: Le Marquis de Besignan, Revue de Presse, Tags: , , ,

Biographie extraite de

http://fr.wikipedia.org/wiki/G._Lenotre

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française.

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Lenotre

G. Lenotre, de son vrai nom Louis Léon Théodore Gosselin, né le 7 octobre 1855 au château de Pépinville, à Richemont, près de Metz et mort le 7 février 1935 à Paris, est un historien et auteur dramatique français.

Après des études chez les pères jésuites à Metz en ayant pour condiscible le futur maréchal Foch), il émigre à Paris où sa famille s’installe après la guerre de 1870. Il entre comme employé au bureau des statistiques au ministère des finances. Devenu journaliste, il collabore à La Revue des Deux Mondes, au Monde Illustré, au Figaro et au Temps où il écrit ses premières chroniques d’histoire.

Spécialiste de l’histoire de la Révolution française en utilisant des sources primaires, il publie un nombre important d’ouvrages sur le sujet, dans un style narratif et anecdotique propre à la petite histoire, qui ont influencé des historiens tels qu’André Castelot et Alain Decaux : il est à ce titre considéré comme le « pape de la petite histoire ».

Il écrit également des pièces de théâtre comme Les Trois Glorieuses, Varennes, Les Grognards.

Après avoir tenté une première fois d’entrer à l’Académie française en 1909, au fauteuil de Victorien Sardou, il est élu en 1932 au fauteuil de René Bazin par 20 voix, mais meurt le 7 février 1935 d’une crise cardiaque, avant d’avoir prononcé son discours.

Après avoir tant écrit sur les guillotinés de la Terreur, c’est auprès d’une partie de ces suppliciés qu’il repose désormais. Il est enterré au cimetière historique de Picpus, dont il a rédigé l’histoire : « Le jardin de Picpus ». On peut y lire l’épitaphe suivante, extraite de l’Evangile de Saint-Jean : « Qui credit in me, etiam si mortuus fuerit, vivet » (Celui qui croit en moi même s’il est mort vivra).

Émile Gaborit lui rend hommage en ces termes : « Il avait le culte du parfait détail et la foi dans une impalpable survivance du passé. »

Extrait de « Les agents royalistes en Franceau temps de la révolution et de l’empire. L’affaire Perlet, drames policiers »Éditeur : Perrin et Cie, libr.-éditeurs, (35, quai des Grands-Augustins) (Paris)Date d’édition : 1925

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34030938q

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Par Camille Jordan, député du Rhône (1771-1821)

No comments yet

Catégories: Le Marquis de Besignan, Revue de Presse, Tags: , , ,

Biographie extraite de

http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=10366

Né le 13/01/1771 à LYON (RHÔNE-ET-LOIRE – FRANCE)

Décédé le 19/05/1821 à PARIS (PARIS – FRANCE)

Mandats à l’Assemblée nationale ou à la Chambre des députés :12/04/1797 – 04/09/1797 : Rhône – Droite puis 04/10/1816 – 24/12/1823 : Ain – Gauche

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (A.Robert et G.Cougny)

député au Conseil des Cinq-Cents et de 1816 à 1820, né à Lyon (Rhône) le 13 janvier 1771, mort à Paris le 19 mai 1821, d’une famille de commerçants, fit d’abord chez les Oratoriens de sa ville natale, puis au séminaire de Saint-Irénée, de bonnes études classiques. Adversaire de la Révolution, il la combattit, dès le début, par des écrits où la Constitution civile du clergé était vivement attaquée. Puis il fut dans Lyon un des promoteurs de la révolte contre la Convention nationale. Par la parole et par l’action, il se fit remarquer dans la journée du 29 mai 1793, tenta de rallier les paysans des provinces voisines à la cause royaliste, et, après la chute de son parti, se réfugia en Suisse (9 octobre), d’ou il passa en Angleterre. Là, il se lia avec les principaux émigrés ainsi qu’avec divers membres influents du parlement. La Constitution anglaise devint des lors l’objet de son admiration et le type de ses aspirations politiques. Revenu à Lyon en 1796 pour recueillir le dernier soupir de sa mère, il réussit à se faire élire, le 23 germinal an V, député du département de Rhône-et-Loire au Conseil des Cinq-Cents, par 252 voix (278 votants). Il y fit, le 29 prairial (17 juillet 1797), un curieux rapport sur l’exercice et la police des cultes, et insista surtout pour que l’usage des cloches fût rétabli dans les campagnes. Le sobriquet de Jordan-cloche lui resta quelque temps. Il obtint plus de succès en réclamant la révocation des lois portées contre les prêtres insermentés. Il se montra aussi très opposé aux mesures de répression que le Directoire voulait prendre à l’égard de Lyon: « Ces mesures, dit-il, ne peuvent être que le fruit d’un gouvernement inepte ou provocateur. » Le 17 fructidor an Y, il dénonça la marche de nouvelles troupes vers Paris et reprocha vivement aux Directeurs de comploter contre la liberté publique. Aussi ne fut-il pas oublié dans les proscriptions du lendemain. Mais il parvint à s’échapper, fut remis par l’entremise de M. de Gerando, son ami, aux soins hospitaliers de Mmes de Grimaldi et de Sivry, lança, dès le 21 fructidor (7 septembre 1797) une protestation intitulée : Adresse à mes commettants, et jugea prudent de se rendre à Bâle, où il fit paraître un nouvel écrit contre les événements qui venaient de s’accomplir. Bientôt la Suisse ne lui offrant plus un asile assez sûr, Jordan dut se réfugier à Tubingue, puis à Weimar; il y fut accueilli avec faveur par Gœthe, Schiller, Wieland, etc., et y retrouva Mounier, avec lequel il se lia d’une étroite amitié. Rappelé en février 1800 par le gouvernement consulaire, il fut mis d’abord en surveillance à Grenoble, obtint, au bout de quelque temps, la permission de se rendre à Paris, séjourna chez Mme de Staël à Saint-Ouen, et retourna à Lyon. Bonaparte, dit-on, essaya de le gagner à sa cause; mais lorsque le peuple fut consulté sur la question de savoir si le Consulat à vie serait conféré à l’auteur du coup d’Etat de brumaire, Jordan répondit par une brochure sous ce titre : Vrai sens du vote national pour le consulat à vie (anonyme, 1802). Tout en faisant connaître son vote personnel contre cette mesure, l’auteur mettait au grand jour les vues ambitieuses de Bonaparte, réclamait des garanties au nom de la liberté, et prédisait les abus du régime impérial. Cet écrit, que Jordan n’avait point signé, fut saisi par la police ; il n’hésita pas alors à s’en avouer l’auteur, mais, contre son attente, il ne fut pas inquiété. Certain toutefois de n’être appelé à aucune fonction, il s’isola du mouvement politique et s’occupa exclusivement de littérature et de philosophie; c’est alors qu’il communiqua à l’académie de Lyon quelques études qui furent très remarquées. Les événements de 1814 le ramenèrent sur la scène politique. Partisan déclaré des Bourbons, il fut, le 30 mars, un des députés que l’administration municipale de Lyon envoya au-devant de l’empereur d’Autriche à Dijon pour demander le l’établissement de la monarchie légitime; le but avoué de cette mission était de solliciter des adoucissements aux réquisitions dont la ville avait été frappée. La réserve de l’empereur fut extrême sur tout ce qui touchait à la politique. Le 8 avril, Jordan assista à la séance dans laquelle le conseil municipal de Lyon proclama Louis XVIII roi de France. Nommé, en août 1815, président du collège électoral de cette ville, son état de santé l’empêcha de remplir cette fonction. Il se montra plus actif lors des élections du 4 octobre 1816, et fut élu, à cette date, par 102 voix (201 votants, 285 inscrits) député du département de l’Ain. Il fut admis, bien qu’il ne fût pas très en règle avec le cens, devint président de la Chambre, et, membre de la commission de l’Adresse (novembre 1816). présenta un projet rédigé surtout contre la Chambre précédente. Il fut aussi membre de la commission du budget, parla (4 mars 1817) en faveur de l’aliénation des forêts de l’Etat, et dévoué de cœur au gouvernement royal soutint le ministère, tout en réservant parfois les droits de la liberté et en attaquant surtout les cours prévôtales. Il défendit le projet de loi sur les elections et se montra favorable à la continuation de la censure, que blâmait le côté droit. En 1817-1818, à propos du projet de loi sur la presse, il se prononça pour le jury, demanda la question préalable sur la proposition Laîné de Villevêque tendant à rendre aux émigrés leurs rentes sur l’Etat, et, interpellé sur l’opinion qu’il avait émise à l’égard des cours prévôtales, flétrit les massacres du Midi, et fit un pompeux éloge du ministre Decazes. Le 30 novembre 1816. il avait été appelé à faire partie du conseil d’Etat. Mais, après avoir obtenu sa réélection comme député, le 20 octobre 1818, par 333 voix (453 votants, 647 inscrits), il se sépara du pouvoir pour se rapprocher de la gauche. Membre de la commission chargée de l’examen du projet de loi relatif à la censure, il refusa, cette fois, de se joindre à la majorité, et exposa les motifs de sa dissidence dans un discours . qui fut un véritable manifeste contre le ministère. Pendant cette seconde époque de sa carrière parlementaire, Camille Jordan fut considéré comme un des chefs de l’opposition constitutionnelle. Il vota, dans la session de 1819, contre les deux lois d’exception, et, avec les 95, contre le nouveau système électoral. Sur ce dernier point, il soutint avec talent, mais sans succès, le 30 mai, un amendement ainsi conçu : « Chaque département sera divisé en autant d’arrondissements électoraux que le département a de députés à la Chambre; chacun de ces arrondissements aura un collège électoral, qui sera composé de contribuables ayant leur domicile politique dans l’arrondissement, âgés de trente ans et payant 300 francs de contributions directes. Chaque collège électoral nommera directement son député. » Le 5 juin, il se plaignit amèrement des outrages adressés à plusieurs députés du côté gauche par des.membres de la droite. Les attaques de ses ennemis et les fatigues de la vie politique achevèrent de ruiner sa santé déjà ébranlée. « Si vous voyez, écrivait un biographe de 1820, s’avancer à la tribune d’un pas lent et réfléchi un homme de taille élevée, la figure douce et valétudinaire, les cheveux courts, poudrés et un peu crêpés; si cet orateur promène sur l’assemblée un œil de bienveillance et de conviction ; que son discours soit commencé d’un accent noble, assuré et modeste à la fois, recueillez-vous, gardez un religieux silence, prêtez une exclusive attention : M. Camille Jordan va parler. » Les théories politiques de Camille Jordan n’étaient pas exemptes de quelque confusion, et l’éclectisme qu’il professait mariait assez étrangement au droit divin la souveraineté du peuple. Ses restes furent déposés au Père-Lachaise. On a de lui plusieurs discours et écrits politiques et des Fragments choisis traduits de Klopstock, son auteur favori, et de Schiller.

Extraits de :  » Camille Jordan, député du Rhône, à ses commettants, sur la révolution du 18 fructidor.Auteur : Jordan, Camille (1771-1821)Date d’édition : 1797. Source : Bibliothèque nationale de France.

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37269380d

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

by

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française dans « Lisez-moi Historia »

No comments yet

Catégories: Le Marquis de Besignan, Revue de Presse, Tags: , , ,

« Lisez-moi Historia » Editeur : J. Tallandier (Paris) de 1934à 1956,mensuel

Identifiant : ISSN 11429224

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 8-G-12994

Ancêtre de « Historia » http://www.rfi.fr/contenu/20091230-revue-historia-100-ans

Extrait du mensuel 1935/07/05 (N33)-1935/12/20 (N44): « Le dernier éclat de rire de Barras » par Edouard Perrin pages 447-454

page 451 :

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Historia

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Historia

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde

1 2 3 4 5