Archives de mot-clé : argentine

by

Argentine: Immigration française

No comments yet

Catégories: Complements et Réponses des internautes, Tags: , , , , ,

L’émigration française en Argentine au XIXe siècle

Argentine, Argentine. un nom prédestiné qui fait rêver les plus pauvres!! Voici un texte publié il y a bientôt 15 ans sur l’immigration française.

Editeur : La Salida n°29, juin à septembre 2002
Auteur : Martine Peyrot (entretien avec Estella Belloni et Dolores Serrano)
L’émigration française en Argentine au XIXe siècle

Famille Balencie, Argentine

L’indépendance et la construction de l’Argentine moderne (en 1810) a entraîné une profonde modification de son économie. La mise en valeur d’immenses territoires pris aux amérindiens a exigé une abondante main d’œuvre et il a donc fallu provoquer une immigration.

L.S. : Quelles sont les causes de l’émigration en Argentine ?
Estella et Dolorès : elles sont multiples, d’ordre politique, économique et social. Le bouleversement que la France a connu tout au long du XIXe siècle a contraint à l’exil de nombreux Français aux idées libérales et anticléricales qui ont trouvé refuge en Argentine. Ce sont ces individus qui marqueront profondément la culture argentine.
Au cours du XIXe de graves crises ont affecté le secteur agricole (disette, grêle, famine, oïdium, incendies, phylloxéra…) provoquant un exode rural en masse. De nombreux jeunes appelés d’origine sociale humble, préféraient partir et devenir insoumis plutôt que de répondre à l’appel du service militaire. Le régime successoral (droit d’aînesse ou morcellement excessif de la terre) a été une autre raison de départ.
Dans certaines régions, la population a atteint son maximum démographique et, ne pouvant évoluer pour se nourrir, l’idée de partir s’est rapidement imposée. Autant de raisons qui ont poussé les gens à partir.

L.S. : D’où viennent les émigrants qui débarquent en Argentine ?
Estella et Dolorès : ce sont principalement des Basques, des Béarnais, des Savoyards, des Aveyronnais et des Bretons.

L.S. : Quels facteurs contribuent à prendre la décision de partir ?
Estella et Dolorès : au début, le départ se fait à titre individuel parce qu’une connaissance où quelqu’un de la famille est parti et qu’on a de bons échos. Ensuite, des agences privées (comme la maison anglaise Lafone et Wilson), des agents du gouvernement de l’Argentine, des compagnies maritimes (trouvant une solution pour que le bateau qui doit rapporter des marchandises des Amériques ne parte pas à vide) s’emploient à inculquer l’idée de partir comme solution aux problèmes.
Il faut dire que vers les années 1850, le gouvernement de l’Argentine fut lui-même le promoteur d’une politique de colonisation. A cette fin, soit on vendait des lopins de terre payables à longue échéance, soit on affectait une parcelle à des familles pour les inclure dans un projet de création de colonies. Dans ce projet, toute l’infrastructure (école, église, outils, terrains communaux) était à la disposition de chacun.

L.S. : comment s’y prennent les agents pour appâter les candidats ?
Estella et Dolorès : ils sont redoutables. La publicité était nécessaire pour mener à bien ce genre d’opération, elle brossait des descriptions merveilleuses de ces pays d’Amérique, en particulier du Río de la Plata, où l’argent se gagnait si facilement. C’est une propagande bien ciblée et attirante qui les faisait opter pour l’Argentine. Mais, leurs discours étaient parfois si trompeurs, l’escroquerie était telle, que les Pouvoirs Publics durent légiférer

L.S. : comment s’effectuait la traversée ?
Estella et Dolorès : la durée de la traversée était variable passant de 60 jours au temps de la navigation à voile à 25 jours en 1862 avec les bateaux à vapeur. Cependant, le tarif sur les bateaux à voile étant meilleur marché et la crainte d’une éventuelle explosion des bateaux à vapeur conduisaient les émigrants préférer la marine à voile.

L.S. : quel était le prix du voyage ? Comment payaient-ils ce voyage ?
Estella et Dolorès : le prix oscillait de 120 à 300 francs (240 à 600€) en fonction de la classe.Le paiement de ses trajets s’adaptait à la situation économique du passager. Il existe différents cas de figure qui vont de l’hypothèque des biens à l’établissement d’un accord de remboursement basé sur une obligation de travail à l’arrivée en faveur de l’armateur ou de l’agent. Il existe aussi le cas de personnes qui payaient des années durant des traites et partaient à échéance de celles-ci.

L.S. : sur le bateau, quel était le plus gros problème ?
Estella et Dolorès : les transporteurs ne respectaient pas toujours leurs promesses, ne leur fournissant pas assez d’eau potable et de nourriture saines. De plus l’entassement favorisait la propagation de maladies infectieuses à bord. Tout ce ci entraîne souvent des plaintes de passagers qui disaient avoir voyagé « comme du bétail ».

L.S. : a-t-on des données exactes sur le trafic vers l’Argentine ?
Estella et Dolorès : non, mais des principaux ports que sont Bordeaux et Bayonne sont partis entre 1862 et 1866 respectivement 213 et 41 navires ce qui correspond à un trafic humain de 11.200 personnes en 4 ans !

L.S. : ce flux migratoire a-t-il persisté ?
Estella et Dolorès : en fait, à partir de 1880, l’Italie prend la relève, apportant une main d’œuvre bon marché pour les emplois moins qualifiés.

L.S. : comment se réalisait leur installation ?
Estella et Dolorès : le premier contact de ces arrivants était souvent décevant, rien n’avait été prévu pour les recevoir et ils se retrouvaient démunis et dépaysés ne sachant à quelle porte frapper pour obtenir du travail.
A partir des années 1850, logement et nourriture était assuré aux émigrés, aux frais du gouvernement, en attendant leur installation dans le pays. A cette fin, on a construit en 1857 à Buenos Aires un hôtel spécialement affecté aux émigrants : Hotel de los Inmigrantes.
Si les émigrants faisaient partie du projet de colonisation les engagements établis sur le contrat se maintenaient. Les provinces de Santa Fe, Entre Ríos, Corrientes et Buenos Aires sont de bons exemples de réussite de cette politique de peuplement (colonies d’Esperanza, de Baradero , de San Carlos, de San Jerónimo…). On peut cependant citer des exemples d’échec voir de tragédie pour cette tentative de colonisation. Comme celle du docteur Brougnes dans les années 1850-1860 qui se ruina pour exposer le principe de colonie agricole, mais ne put mener à bien son idéal social.

L.S. : maintenaient-ils un contact avec leurs proches restés au pays ?
Estella et Dolorès : certes, il existe des lettres, mais il faut tenir compte de plusieurs aspects : la difficulté de « bien écrire » (savoir écrire mais aussi tourner les phrases !), la langue (ils parlent souvent une langue régionale), mais surtout il s’agit de ne pas chagriner les parents en donnant une image trop noire de son sort. Par conséquent, ces lettres représentent une source d’informations riches mais elles exigent de savoir lire entre les lignes pour deviner la réalité des choses

L.S. : quel rôle ont joué ces émigrants dans la réalité argentine de l’époque ?
Estella et Dolorès : la grande masse des premiers installés en Argentine a poursuivi son activité originelle. Il s’agit principalement d’élevage, industrie laitière, vigne, salaison. Certains s’intégrèrent rapidement, de sorte, qu’en peu de temps, ils purent acquérir assez de terres et d’animaux pour avoir une sécurité financière.
Ces hommes sont arrivés dans ces contrées lointaines avec leurs goûts, leurs façons de vivre, leurs savoir-faire. Ici, ils ont pu concrétiser leurs convictions : les grandes idées de l’Illustration, l’esprit de liberté, le sentiment républicain. On ne peut oublier la forte influence culturelle française qui a toujours eu un rôle prépondérant en Argentine.

L.S. : ce grand flux d’émigration européen vers l’Argentine expliquerait-il que, de nos jours, des milliers de personnes cherchent leurs origines ?
Estella et Dolorès : l’intégration des étrangers en Argentine fut si profonde et si rapide que les descendants des émigrés ne se sont jamais souciés de leurs origines.
Aujourd’hui, c’est la banqueroute de l’économie argentine qui les pousse à chercher leurs liens avec leurs aïeux espagnols, italiens, français, ceux qui ont « fait les Amériques » pour, à leur tour, pouvoir « faire l’Europe ».

Estela Belloni et Dolores Serrano pour la Casa de Santa Fe en París. Propos recueillis par Martine Peyrot

Deux noms d’associations à retenir

1. Casa de Santa Fe en París. 57 rue Daguerre 75014 Paris. Rens : 01 43 21 46 91 ou casasantafeparis@yahoo.fr

Les Argentins vivants en France et les Français amis de l’Argentine, veulent constituer un espace convivial, dans lequel sera mis en commun un désir de rencontre et un réseau d’amis et d’institutions tant en France qu’en Argentine.Notre vocation est de faire connaître et d’établir ces vases communicants sentimentaux qui permettent l’aller-retour permanent et instantané entre la France et cette région de l’Amérique Latine.

2. AMME (Association de la Maison pour la Mémoire de l’Emigration), 13 rue Jean Réveil 64000 Pau

Composée d’une équipe de professeurs et chercheurs universitaires de Pau, Tarbes et Bordeaux qui se sont penchés sur le flux d’émigration massive de cette région vers les Amériques et qui, à partir de là, qui veulent constituer un musée qui rassemble textes, témoignages, et documentation. Par ailleurs ils ont créé un lieu d’accueil pour tous les descendants de ces émigrants.

balencie, Argentine

Tiré de Geneapass.org

Bateaux & Passagers
Base de données   – Liste des bateaux & passagers
Ellis Island   – Liste des passagers émigrants vers les USA (1892-1924)
CastleGarden   – Une base de données créée avec la liste des passagers du Port de New-York en 1820 (date de la création de la liste) jusqu’en 1892 (quand la liste d’Ellis Island est mise en place). Cette base couvre 80% des données et le travail continue. Une recherche élémentaire pour un nom est gratuite mais des recherches plus poussées seront disponibles avec paiement
Généafrance   – Guide pour les recherches sur Ellis Island
Frenchlines   – Il s’agit des listes de passagers des traversées ayant eu lieu de 1864 à 1936, sur les lignes transatlantiques de la Compagnie Générale Transatlantique
AGB   – Émigration au départ de Bordeaux
ISTG   – Liste des passagers émigrants au départ des ports français
ISTG   – Immigrant Ships Transcribers Guild Passenger Lists (voir l’onglet en haut à gauche listes de passagers et des pays d’émigration, voir aussi l’onglet suivant)
Mary Tollestrup   – Immigration, Naturalization, Passenger Lists and Ships un site très riche en ressources pour tous les pays
A.M.E.   – L’Association pour la Mémoire de l’Emigration. Adresse d’une liste de diffusion sur le site
FranceGenWeb   – Ch. Falgade : des adresses de sites dans le département 64 et accès aux ressources pour la page de la région d’Aquitaine. Importante rubrique sur l’émigration
S. Swiggum & M. Kohli   – TheShipsList website, online since August 1999, will help you find your ancestors on ships’ passenger lists.We also have immigration reports, newspaper records, shipwreck information, ship pictures, ship descriptions, shipping-line fleet lists and more…

Voir aussi le travail de G.Roelly – Emigration au départ d’un port français (Marseille, Bordeaux, Cherbourg et Le Havre) vers l’Amérique du Sud..

Voir la famille Balencie des Hautes-Pyrénées

Aller sur le site de généalogie familiale

Retour à l’accueil

by

Balencie: Des Hautes-Pyrénées vers l’ Argentine

No comments yet

Catégories: Complements et Réponses des internautes, Tags: , , , ,

Famille Balencie, originaire des Hautes-Pyrénées

Balencie. Trouvée dans la file des commentaires sur le site familial la question suivante :
«Je recherche des infos de mon arrière-grand-père Pierre Balancie de Bigorre 65 qui a émigré à Dolores de 1860 a 1882 puis est revenu à Adast où il est mort en 1908.»
J’appelle Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Miss Jane Marple et Joseph Rouletabille. Tous cousins bien sur…
Et nous voici lancés à la recherche de Pierre Balencie. L’aventure débute à proximité des sommets imposants du massif de Balaïtous pour aller s’asseoir dans «El Parque Libres del Sur» et contempler le Paseo de la Virgen de los Dolores puis enfin se reposer dans le château de Miramont vendu par les filles de Calot au journaliste-animateur de radio télévision Jacques Chancel, originaire du village voisin d’Ayzac-Ost.

balencie

Le département des Hautes-Pyrénées s’est classé au deuxième rang national (après les Basses-Pyrénées) pour le nombre d’émigrants au XIXème siècle : l’Algérie, la Louisiane, l’Argentine surtout ont attiré nos compatriotes.
Cette migration culmine dans les années 1850-1860 avec la tentative du Docteur Brounges de Caixon (Hautes-Pyrénées). Après avoir signé un contrat de colonisation avec le gouvernement de Corrientes, il va tenter de porter remède à la misère existante de nos contrées en organisant une « émigration avec garanties » de familles paysannes.
Chaque colonie ainsi constituée comptait 200 familles soit 1000 travailleurs et dès le départ, un curé, un médecin, un instituteur, un juge de paix…
Une autre particularité de ce département est la présence à Garaison, d’une institution privée, siège des pères missionnaires «lourdistes» qui ont installé, dès le XIX° siècle, de nombreuses filiales en Amérique latine : Tucuman, Buenos-Aires, Brésil… Ils ont tissé un réseau de relations étroites entre les Hautes-Pyrénées et l’Argentine notamment.

Le pourquoi du départ et retour de Pierre Balencie: Tiré de Lionel Dupont

Refus de la Conscription

Fier et indépendant, ne parlant souvent que le basque, quelquefois lent d’esprit et susceptible, le Basque du 19éme siècle, malgré son courage et ses qualités guerrières, n’était pas fait pour une existence de caserne. Habitué à vivre en famille et attaché à ses mœurs et coutumes, il ne pouvait accepter la perspective d’avoir à perdre sept années de son existence pour aller vivre au milieu d’étrangers dont il ne comprenait ni la langue, ni le caractère, ni les traditions. Aussi dès que l’âge de la conscription approchait, son instinct atavique le poussait à émigrer. Avec une meilleure connaissance du français et généralement un caractère plus souple et vif, le Béarnais et le Bigourdan, étaient également entraînés à imiter le voisin. Il leur était en effet facile de passer en Espagne, comme leurs ancêtres l’avaient fait, au cours des siècles précédents, pour commercer en Navarre où y trouver refuge..

Au 19éme siècle, et dans toutes les Pyrénées, le refus de la conscription était donc très fréquent. Ce n’est pas tout à fait un hasard, si les statistiques françaises de l’époque, montrent que les départements des Hautes et Basses Pyrénées comptaient plus de la moitié du total des insoumis de France. Beaucoup de jeunes pyrénéens avaient en effet l’habitude d’utiliser différents moyens, légaux ou illégaux, pour échapper au service militaire.

Les moyens d’échapper au service militaire étaient au nombre de trois :
1. Le passage légal à l’étranger : Dans ce cas les jeunes pyrénéens partaient avant la date d’appel de leur classe et étaient déclarés «absents» si un parent ou un ami pouvait les représenter en fournissant une preuve de leur présence à l’étranger.
2. Le passage illégal : Dans ce cas l’appelé était déclaré «insoumis» si personne ne se présentait pour le représenter, ou «déserteur» si, s’étant présenté et déclaré «bon pour le service», le conscrit avait eu la malchance de tirer le «mauvais numéro» sans que la famille ne puisse disposer de ressources financières qui auraient pu permettre le paiement d’un remplaçant.
3. Les mutilations volontaires : Dans l’espoir de se faire exempter, un certain nombre de futurs appelés, n’hésitaient pas à s’infliger ou à se faire infliger par des compagnons ou des rebouteux locaux, des mutilations volontaires plus ou moins bénignes. Solutions à la limite de la légalité, mes radicales et héritées de l’Empire, les opérations les plus fréquentes pouvaient consister en l’amputation d’un orteil pour être rendu inapte aux longues marches ou en la mutilation d’un doigt, en général l’auriculaire, empêchant d’appuyer sur la gâchette du fusil. Une autre fraude consistait à se faire arracher les dents de la mâchoire supérieure. Les cartouches de fusil encore employées à cette époque comprenaient en effet un tube de carton qu’il fallait pouvoir déchirer avec les dents au moment de leur utilisation. Dans des cas extrêmes certains allaient même jusqu’à l’énucléation de l’œil droit qui les mettait dans l’incapacité de tirer !

Mesures pour favoriser les retours

N’ayant pu obtenir de résultats appréciables pour colmater l’hémorragie des départs, les autorités départementale vont s’attacher à récupérer les insoumis au yeux de la loi militaire et qui, passibles du conseil de guerre, ne pouvaient revenir au pays s’ils en avaient le désir. Le conseil général y voyait un double avantage « ceux qui se sont procuré une bonne position, en transférant leur fortune viendraient contribuer à l’accroissement de l’aisance générale et ceux qui ne nous rapporteraient que le souvenir de leurs souffrances, seraient pour nos populations un témoignage vivant des hasards auxquels l’émigration les expose.
Une première amnistie avait été accordée en 1860, mais les bénéficiaires n’ayant disposé que d’un délai de six mois pour se présenter, les insoumis établis en Amérique n’avaient pu en profiter. En 1864, le Conseil Général formule une nouvelle demande, mais cette fois pour une amnistie sans condition de délai pour tous les insoumis âgés de plus de 40 ans. En 1867, cette même assemblée s’étonnait que l’insoumission ne se prescrive pas, comme les autres délits. En 1874, le conseil général suggérait de profiter de la guerre civile qui déchirait alors le Rio de la Plata pour demander d’amnistier les insoumis de plus de 29 ans: à l’exception de ceux de la guerre de 1870, dont le délit, contracté alors que la France se battait était trop grave pour être absous.
Les partisans du de l’amnistie avaient souligné un certain nombre de points importants dont la loi Militaire du 15 juillet 1889 tiendra finalement compte.

Famille Balencie

Généalogie de Jean Baptiste PUJOLLE

Jeanne BALENCIE mariée avec Jean BOURIDES… dont:
1/Jean BALENCIE.
Marié en février 1765, Marsous (65), avec Anne AUGE-LALACADE ,.. dont:

11/Jean François BALENCIE, né en mai 1784, Marsous (65), décédé.
12/Emanuel BALENCIE, né en avril 1789, Marsous (65), décédé le 18 juillet 1836, Bun (65) (à l’âge de 47 ans) marié le 17 février 1822 (ou le 13 février 1822), Bun (65), avec Brigitte BAILLARDRA,décédée le 21 mai 1873, Bun (65)… dont:

121/Marie Anne BALENCIE, née le 31 janvier 1823, Bun (65), décédée le 10 avril 1876, Bun (65) (à l’âge de 53 ans) mariée le 24 novembre 1847, Bun (65), avec Jean-Paul CAZAU, décédé le 8 janvier 1871, Bun (65) … dont:

1211/Antoinette BALENCIE, née le 13 juin 1852, Bun,65400,Hautes-Pyrénées,Midi-Pyrénées,FRANCE, décédée le 16 mars 1935, Estaing, 65400,Hautes-Pyrénées,Midi-Pyrénées,FRANCE (à l’âge de 82 ans) mariée le 5 février 1875, Estaing (65), avec Dominique BIALADE, né le 7 novembre 1834, Aucun (65), décédé le 29 mars 1919, Estaing,65400,Hautes-Pyrénées,Midi-Pyrénées,FRANCE (à l’âge de 84 ans) … dont:

12111/Pierre , Théophile, né le 9 mars 1876, Estaing (65), décédé le 19 décembre 1963, Aspin-en-Lavedan (65) (à l’âge de 87 ans).
12112/Marie Cyprine, née le 20 janvier 1878, Estaing (65), décédée, St Pastous (65). Mariée avec Donatien MENGELLE.
12113/Jean , Gabriel, né le 3 décembre 1879, Estaing (65), décédé le 8 février 1970, Aspin en Lavedan (65) (à l’âge de 90 ans).
12114/Paul , Joseph , Alphonse, né le 6 novembre 1881, Estaing (65), décédé, Ossun (65) marié avec Xy DUTHU.
12115/Jean-Pierre , Auguste, né le 15 novembre 1883, Estaing (65), décédé.
12116/Marie , Jeanne , Mélanie, née le 11 octobre 1885, Estaing (65), décédée.
12117/Laurent, né le 15 décembre 1887, Estaing (65), décédé le 2 février 1956, Ayzac-Ost (65) à l’âge de 68 ans, marié le 25 novembre 1920, Estaing (65), avec Clotilde CAZENAVE, née le 26 juin 1897, Arras (65), décédée le 23 octobre 1985, Ayzac-Ost (65), inhumée le 24 octobre 1985, Ayzac-Ost (65) à l’âge de 88 ans dont:

121171/Elise mariée avec Joseph CANTON

12118/Michel, né le 19 janvier 1890, Estaing (65), décédé le 21 août 1980, Tarbes (65) (à l’âge de 90 ans) Marié le 14 février 1920, Ossun (65), avec Catherine Rose DUTHU, née le 18 janvier 1898, Ossun (65), décédée en 1977, Ossun (65) (à l’âge de 79 ans).
12119/Ovide, Jean-Marie, né le 3 mars 1892, Estaing (65), décédé entre 1943 et 1944, Toulouse (31).
12120/Marianne, née après 1892, Estaing (65), décédée, Aspin (65) mariée avec Jean-Marie ARBERET.
12121/Marie Léonie, née le 26 avril 1856, Bun (65), décédée le 5 février 1926, Lau-Balagnas (65) (à l’âge de 69 ans) mariée avec Simon VERGE.

122/Pierre BALENCIE, né le 1er juillet 1834, Bun (65), décédé le 3 juin 1908, Adast (65) (à l’âge de 73 ans) marié le 19 octobre 1870, Argelès-Gazost (65), avec Joséphine Hélène HOURQUES, née le 17 août 1841, Argeles-Gazost (65), décédée le 29 mai 1921, Adast (65) (à l’âge de 79 ans) … dont:

1221/Maria Balencie, née le 13 décembre 1871, Dolores (Argentine), décédée le 18 juin 1957, Clamart (92) (à l’âge de 85 ans) mariée le 30 août 1893, Adast (65), avec Ferdinand Guillaume DURAND, né le 19 octobre 1868, Châteauneuf sur Cher, décédé le 8 octobre 1950, Paris 11ème (à l’âge de 81 ans).
1222/Anna Balencie, née en 1873, décédée.
1223/Emilie Balencie, née en 1875, décédée en 1962, Clamart (92) (à l’âge de 87 ans).
1224/Léonie Balencie, née en 1877, Dolores (Argentine), décédée en 1975, Lourdes (65) (à l’âge de 98 ans).
1225/Marcelline Balencie, née le 20 septembre 1879, Maipu (Argentine), décédée le 15 janvier 1974 (à l’âge de 94 ans).
1226/Pierre Balencie, né le 21 mars 1881, Dolores (Argentine), décédé le 4 mars 1968, Lourdes(65) (à l’âge de 86 ans).

 Famille Balencie1227/Michel Balencie, né le 5 août 1884, Adast, décédé le 15 mai 1915, Ville-sur-Tourbe (51) (à l’âge de 30 ans).

2/Jean Pierre LALACADE.
3/Marie LALACADE.

 Famille BalencieVoir l’article sur l’immigration en Argentine

Voir le site familial de Généalogie

Retour à l’accueil