Biographie extraite de

http://fr.wikipedia.org/wiki/G._Lenotre

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française.

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Lenotre

G. Lenotre, de son vrai nom Louis Léon Théodore Gosselin, né le 7 octobre 1855 au château de Pépinville, à Richemont, près de Metz et mort le 7 février 1935 à Paris, est un historien et auteur dramatique français.

Après des études chez les pères jésuites à Metz en ayant pour condiscible le futur maréchal Foch), il émigre à Paris où sa famille s’installe après la guerre de 1870. Il entre comme employé au bureau des statistiques au ministère des finances. Devenu journaliste, il collabore à La Revue des Deux Mondes, au Monde Illustré, au Figaro et au Temps où il écrit ses premières chroniques d’histoire.

Spécialiste de l’histoire de la Révolution française en utilisant des sources primaires, il publie un nombre important d’ouvrages sur le sujet, dans un style narratif et anecdotique propre à la petite histoire, qui ont influencé des historiens tels qu’André Castelot et Alain Decaux : il est à ce titre considéré comme le « pape de la petite histoire ».

Il écrit également des pièces de théâtre comme Les Trois Glorieuses, Varennes, Les Grognards.

Après avoir tenté une première fois d’entrer à l’Académie française en 1909, au fauteuil de Victorien Sardou, il est élu en 1932 au fauteuil de René Bazin par 20 voix, mais meurt le 7 février 1935 d’une crise cardiaque, avant d’avoir prononcé son discours.

Après avoir tant écrit sur les guillotinés de la Terreur, c’est auprès d’une partie de ces suppliciés qu’il repose désormais. Il est enterré au cimetière historique de Picpus, dont il a rédigé l’histoire : « Le jardin de Picpus ». On peut y lire l’épitaphe suivante, extraite de l’Evangile de Saint-Jean : « Qui credit in me, etiam si mortuus fuerit, vivet » (Celui qui croit en moi même s’il est mort vivra).

Émile Gaborit lui rend hommage en ces termes : « Il avait le culte du parfait détail et la foi dans une impalpable survivance du passé. »

Extrait de « Les agents royalistes en Franceau temps de la révolution et de l’empire. L’affaire Perlet, drames policiers »Éditeur : Perrin et Cie, libr.-éditeurs, (35, quai des Grands-Augustins) (Paris)Date d’édition : 1925

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34030938q

 

Histoire d’un Marquis pendant la Révolution Française. Merci de nous laisser votre commentaire.
Serge Billard Baltyde