Chabottes est une ville de France, située dans le département Hautes-Alpes, de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les villes voisines sont Saint-Michel-de-Chaillol, Saint-Léger-les-Mélèzes, Buissard, Ancelle, Saint-Jean-Saint-Nicolas.

Chabottes.

Chabottes Hautes-Alpes. Famille Billard Baltyde

Chabottes est situé au centre du département des Hautes-Alpes, dans la moyenne vallée du Drac et dans le sillon alpin (dépression de la vallée du Champsaur), qui détermine la barrière entre les Préalpes et les Grandes Alpes. Elle est coupée en deux dans le sens longitudinal par le torrent du Drac qui développe une large plaine; la partie droite du torrent lui donne un aspect de site de coteau et sur la partie gauche se trouve la large plaine agricole ; elle est traversée par la route départementale N° 944 qui rejoint la station d’Orcières Merlette, ce qui a permis de développer les abords de cette voie, lieu de passage de nombreux touristes.

Cette commune de 996 hectares est située à une altitude comprise entre 1050 et 1350 m : on note une division entre deux parties bien distinctes :

– l’une agricole s’étendant de 1050 à 1060 m, secteur de cultures bocagères

– l’autre, de moyenne montagne s’étalant de 1060 à 1320 m pour les sommets les plus élevés, où se retrouvent les alpages.

Son activité s’équilibre entre l’agriculture, le tourisme, le commerce et l’artisanat.

Le village jouit d’un climat intermédiaire entre le climat méditerranéen de montagne des Alpes du Sud et celui plus humide des Alpes du Nord.

Il se trouve à 18 km de Gap, préfecture des Hautes-Alpes et à 9 km du chef lieu administratif de Saint-Bonnet-en-Champsaur.

Depuis 1962, on peut constater une remontée de la population. Cela est dû, en grande partie, au développement de la commune dans la plaine, à l’essor du tourisme hivernal, lié au développement et à la fréquentation de la station de ski d’Orcières-Merlette, mais aussi au tourisme estival par la création du plan d’eau du Champsaur sur la commune voisine de Saint-Julien-en-Champsaur.

La commune de Chabottes est comprise dans la zone périphérique du parc national des Écrins.

La commune compte 610 habitants au dernier recensement.

Chabottes Hautes-Alpes. Famille Billard Baltyde

Chabottes Hautes-Alpes. Famille Billard Baltyde

Histoire

Chabottes, de l’occitan « cabota » ou « chabota », désignant une « cabane en pierres sèches recouverte de chaume ».

Chabottes est situé sur un ancien chemin préhistorique.

Chabottes fut très tôt évangélisé par les moines de la Novolaise. Au Xe siècle, ce sont ceux de Cluny qui prirent le relais, laissant néanmoins la fondation de la paroisse à l’abbaye auvergnate de Saint-Chaffre-le-Monastier.

 

La seigneurie de Chabottes dépendait au Moyen-âge à la fois du Dauphin et du Seigneur de Montorcier.

En 1339, Humbert II, Dauphin, donna à son écuyer (Etienne de Roux) les moulins de Chabottes, une infrastructure au revenu important pour l’époque.

Ce dernier les unit à un fief créé pour lui sous le nom de Prégentil (dont le manoir se trouve sur la commune de Saint-Jean-Saint-Nicolas).

Durant son histoire, la commune de Chabottes fut souvent secouée par les conflits, d’abord en 1369 avec son pillage par une troupe de « routiers » provençaux, puis durant les guerres de religion et enfin en 1692 avec les armées du Duc de Savoie, armées qui mirent à sac toute la région.

En 1789, la population de cette commune était de 550 âmes réparties sur 996 hectares de terres, puis monta à 714 habitants à la fin du XIXe siècle. La population locale déclina lentement par la suite, face à l’exode rural puis à la première guerre mondiale.

A voir :

Le Bocage Champsaurin :

La commune de Chabottes occupe un secteur de la vallée du Champsaur particulièrement riche d’une terre agricole composée par les alluvions transportées par le lit du Drac. Au fur et à mesure que l’on monte sur les pentes du Chaillol en direction du village de Saint-Michel, les terrasses et les champs encadrés d’arbres et de bosquets se succèdent formant la partie Est de ce modèle unique qu’est le « Bocage Champsaurin ».

La Voie Romaine :

Visible non loin du Pont de Frappe, à la limite des communes de Chabottes et de Forest-Saint-Julien. Occupée aujourd’hui par la route partant de ce pont pour aller vers le hameau des Matherons.

Après les premiers lacets de route goudronnée, un chemin de terre s’enfonce sur la droite à travers la forêt. C’est la suite de l’ancienne voie romaine. Un axe qui rejoignait Grenoble sous l’antiquité. Elle partait d’une autre voie importante, la voie « Domitia », construite de l’an 20 à l’an 2 av J. C pour relier Milan à Arles, par le Montgenèvre, Briançon, Gap puis Sisteron. Le point de départ de l’axe champsaurin était à l’Est de la Bâtie-Neuve puis elle franchissait le Col de Moissière pour arriver au col de Manse (où se trouvait une station) et ce après avoir contourné le Mont Saint-Philippe. Elle descendait ensuite vers le Pont de Frappe pour partir en direction de la Fare et Corps (Isère). Une voie élaborée par les romains après la conquête des Alpes et qui sera utilisée jusqu’au XVIIIe siècle comme axe commercial.

Chabottes Hautes-Alpes. Famille Billard Baltyde

Chabottes Hautes-Alpes. Famille Billard Baltyde

 

Nous y avons de nombreux ancêtres, trop nombreux pour en donner ici la liste!

Vous pouvez la consulter en utilisant le fichier PDF

RETOUR