Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Brochier Antoine :Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,

Famille BILLARD BALTYDE, Généalogie : Archives,  archives en ligne, archives départementales en ligne, état civil, arbre généalogique, histoire, historia, histoire de famille, histoire en famille, état civil, Family search,  Genealogy tree: Si vous relevez des erreurs, merci de nous les signaler
Serge Billard Baltyde

Antoine Joseph BROCHIER voit le jour le dimanche 14 mai 1837 à Saint-Léger-les-Mélèzes (05260).

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Il est le fils légitime de Joseph Vincent BROCHIER, âgé de 41 ans et de Marie Anne ROUSSIN, âgée de 22 ans.

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Naissance de Antoine Joseph Brochier le 14 mai 1837. AD 05 St Leger 2E156/3 page 21

Il n’y a aucune difficulté financière puisqu’en 1801 les Brochier ont acheté le château du village.

Le château de Saint-Léger:

Un premier château aurait été construit au 15e siècle. Il aurait été restauré et agrandi pour Salomon du Serre, évêque de Gap, dont les armes accompagnées de la date 1612 ornent le portail de la cour. Le corps de logis, dont les fenêtres étaient à meneaux et croisillons, a été entièrement réaménagé en 1877 pour la famille Brochier, nouveaux propriétaires du château. Inscription sur le linteau de la porte du corps de logis : 1877 AB Ce prieuré créé par les moines de Cluny a été fortifié et placé sous la protection des princes de Provence, à l’initiative de l’église : il semblerait que ce château ne comportât que le bâtiment central avec un étage de moins qu’aujourd’hui. La façade qui longe la route et les 2 tours incorporées au corps de logis datent de cette époque : ces tours possédaient vraisemblablement une toiture en pointe qui a été intégrée à la toiture du bâtiment lors de la surélévation de celui-ci au XIXe siècle. Devenu la propriété du Seigneur de St Léger, le château a été agrandi et transformé par Salomon du Serre qui joua un rôle important en tant qu’évêque de Gap au début du 17e. L’on reconnaît certaines analogies avec l’architecture militaire du Duc de Lesdiguières qui a probablement apporté son concours à son cousin Charles Salomon du Serre, dont les armoiries, visibles au-dessus du portail, portent la date 1612. De cette famille « du Serre », Antoine, dit « capitaine Rivail », père de Charles Salomon, fut un fidèle compagnon d’armes d’Henri de Navarre (futur Henri IV) dans les armées protestantes.

Parmi les nombreux aménagements dus à Charles Salomon, on peut noter l’enceinte de murailles percées de meurtrières avec ses 4 tours d’angles (dont 2 sont encore intactes, et les 2 autres marquées par leurs bases) et dont chacune avait un rôle particulier : celle du Nord-Ouest servait de tour de garde ; à l’étage, un soufflet de forge, soit pour entretenir le feu, soit pour les guetteurs en faction, soit pour couler des munitions ; une échelle de perroquet permet d’accéder au toit où un pourtour de planches était le chemin de ronde du soldat chargé de veiller sur tous les points d’arrivée au village. La tour du Sud-Est abrite un gigantesque pigeonnier qui occupe toute la hauteur de la tour : les centaines de nids qui abritaient les pigeons étaient accessibles par une échelle tournante montée sur un pivot de bois (toujours en place). Au pied de cette tour, mais à l’extérieur de la muraille, un four à pain pouvait être utilisé par les gens du village. Les 2 dernières tours de la fortification sont en ruine. Hors des remparts, dans la partie Nord se trouvait un moulin (en ruine) : sa roue à aube, entraînée par un torrent issu du canal d’arrosage, a disparu depuis plusieurs décennies, lors d’une période où le château était inhabité. Outre les aménagements défensifs, d’autres travaux en firent une résidence agréable :

  • le vaste jardin suspendu domine le village, avec son bassin central et son perron de pierres
  • la cour intérieure, avec son bassin à 4 jets alimentés par une source du château

Après l’évêque Charles Salomon du Serre, qui s’était retiré à St Léger vers la fin de sa vie, un autre évêque a laissé des traces à St Léger : il s’agit de l’évêque Sixt (Francis) de Narbonne dont la famille possédait le château au début du 17e. Puis c’est la famille Lavalette, propriétaire après Monseigneur Sixt, qui vendit le château aux actuels propriétaires : la famille Brochier, en 1801. Antoine Brochier décida d’habiter St Léger ; il entreprit des transformations au château pour faciliter l’hébergement de sa nombreuse famille (18 enfants) :

  • L’escalier extérieur fut remplacé par un magnifique escalier intérieur en chêne.
  • On suréleva le bâtiment dont les 2 tours à toiture en pointe ont été intégrées au bâtiment avec une toiture avec une seule pente.

    Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

    Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Les revenus d’Antoine, déclaré « rentier et propriétaire » à la naissance de chacun de ses enfants

Il semble qu’Antoine tirait ses ressources du commerce des mulets, particulièrement lucratif puisque ces animaux ne peuvent engendrer une progéniture et doivent donc être remplacés périodiquement par un nouvel achat. On sait en tout cas que Joseph-Vincent, fils de cet Antoine, prospéra dans cette activité au début du 19ième siècle en association avec la famille Davin de La Plaine de Chabottes. Il légua donc à son unique enfant parvenu à l’âge adulte, Antoine, une belle fortune.

Il s’unit avec Rosine Marie Lexarie ROBIN, la fille légitime de Jean Pierre ROBIN et de Marie Rose DAVIN.Un certificat de publication des bans est délivré le 16 août 1857 à Saint-Léger-les-Mélèzes (05).

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

La maison du notaire Robin à Saint Julien en Champsaur

Ils se marient le dimanche 30 août 1857 à Saint-Julien-en-Champsaur (05500).

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Mariage Brochier-Robin le 30 Aout 1857. AD 05 St Julien-en-Champsaur 2E153/7 page 25

Sa fortune,déjà considérable, prend encore plus d’ampleur avec la dot de Rosine.

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Robin Rosine: Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie

Le domaine de Saint-Julien dont hérita le fils aîné des 17 enfants, encore un Antoine (plus précisément Antoine Vincent), provenait des Robin. La maison renferme encore le cabinet du notaire. On dit que ce domaine représentait un quart de la richesse d’Antoine et de Rosine. À leur succession, le partage des trois autres quarts entre les 8 autres enfants survivants aurait consisté:

  • en la ferme du Lauza pour Arthaud,
  • la ferme des Roberts pour Joseph Constant,
  • le château de St-Léger et sa ferme pour Frank et Jean conjointement, mais Frank a racheté ultérieurement la part de Jean,
  • de l’or pour Marie

Ce couple aura 16 enfants :

  1. Le 23 juin 1858 naît son fils Antoine-Vincent.
  2. Le 7 avril 1860 naît son fils Marie-Petrus.
  3. Le 24 février 1862 naît sa fille Marie-Alice.
  4. Le 17 août 1863 naît son fils Jean.
  5. Le 15 janvier 1865 naît sa fille Marie-Rose.
  6. Le 13 septembre 1866 naît sa fille Marie-Françoise-Clémence. Elle décède le 30 novembre 1877, à l’âge de 11 ans.
  7. Le 31 décembre 1867 naît son fils Joseph-Constant.
  8. Le 31 janvier 1869 naît son fils Eugène-François qui décède le 23 août 1871.
  9. Le 8 mars 1870 naît son fils François.
  10. Le 16 juin 1872 naît son fils Artaud-Louis.
  11. Le 30 décembre 1873 naît sa fille Rose-Blanche-Marguerite qui disparait le 2 mars 1875.
  12. Le 12 février 1876 naît son fils Marie-Henri. Il meurt le 23 juin 1880.
  13. Le 1 septembre 1877 naît sa fille Marie-Rose-Césarine qui va mourir le 20 février 1878.
  14. Le 18 novembre 1878 naît son fils Marie-Auguste-Alfred.
  15. Le 10 février 1880 naît son fils Louis-Marie-Désiré.
  16. Le 22 novembre 1881 naît son fils Marie-Aimé-Edmond qui décède le 24 juillet 1882.

En voici Les Actes Numérisés

Le couple Antoine-Joseph et Rosine fête ses noces d’or en 1907.

robin rosine

Antoine Joseph Brochier meurt le 1er juin 1909 à St Leger Les Melèzes.

Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Brochier Antoine Joseph deces le 1909/06/01 :Famille,BILLARD BALTYDE,généalogie,histoire de famille,histoire en famille,arbre généalogique,archives en ligne,état civil,family search,genealogy tree

Rosine le suit,le 6 mars 1920

Un site leur est consacré: Famille Brochier

Famille BILLARD BALTYDE, Généalogie : Archives,  archives en ligne, archives départementales en ligne, état civil, arbre généalogique, histoire, historia, histoire de famille, histoire en famille, état civil, Family search,  Genealogy tree: Merci de bien vouloir laisser un commentaire.
Serge Billard Baltyde

RETOUR